Bubbie est une guitare assemblée à partir de composants de marque Fender ou fabriqués sous licence Fender.

Elle a un corps de Stratocaster en aulne habillé d’une peinture Olympic White – et un manche de… Telecaster ! Celui-ci est en bubinga, un bois exotique d’une forte densité (0,8) provenant, pour l’essentiel, du Cameroun et du Gabon. Si on prend soin de le laisser sécher lentement et longuement, le bubinga acquiert une très bonne stabilité et une réelle solidité. Il a été un temps utilisé pour des fûts de batterie et pour des corps de guitare basse haut de gamme – en raison de sa propension à donner de la consistance et de la profondeur au son, en particulier dans les graves et les bas-médiums. En novembre 2012, le gouvernement du Cameroun a interdit toute exploitation du bubinga, et a engagé une procédure d'introduction de cette essence (ainsi que le wengué, autre bois africain magnifique) dans les annexes de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. Du coup le bubinga est devenu un bois rare et très cher. Il est aujourd’hui quasiment impossible d’en trouver sur le marché légal – un peu comme le palissandre de Rio, le meilleur bois en ce qui concerne les touches d’instruments à cordes, interdit d’exploitation depuis plus de vingt ans et dont les rares (petits) stocks valent de vraies fortunes. Le manche de Bubbie sort de l’atelier de MusiKraft, une petite entreprise de lutherie artisanale étasunienne qui, sous licence Fender, fabrique des manches et des corps de guitares (et de basses) à la demande. A partir d’un devis standard (modèle, année, etc.) le client peut introduire des modifications (essence, profil de manche, etc.) et se faire réaliser le manche Fender de ses rêves. Aujourd’hui, MusiKraft ne peut plus fabriquer des manches en bubinga, comme celui-ci.

Bubbie est équipée de mécaniques Fender de la série « Master Relic », des copies fidèles des modèles des années 1950, d’un chevalet flottant Fender US original, à deux points et monté sur couteaux, et d’une série de trois micros à simple bobinage « Texas Squier Japan » qui sont des copies fidèles de ceux qui équipaient les premières Fender/Squier made in Japan, avec un gros son, plus musclé que le son habituel des Stratocasters. En finition, Bubbie possède un magnifique pickguard à un seul pli en bois huilé.

jhb-20150504-bubbie.jpg

Bubbie ne conviendrait pas à tous les guitaristes ! Son manche est en effet très épais – vraiment très épais… avec un profil arrondi en C. Son action (ce que les profanes appellent la hauteur des cordes sur le manche) est extrêmement basse, il convient donc d’avoir une attaque parfaite de la main droite pour éviter les vibrations parasites et autres claquements des cordes contre les frettes. D’autant que Bubbie est montée avec des cordes très souples qui permettent des tirés sur un ton, voire au-delà, sans aucun problème. Ce manche a été conçu pour donner à la guitare un gros sustain – relayé par les micros.

Bubbie est entrée dans la famille au début de l’année 2010, à l’issue d’une belle bagarre sur E-Bay ! C’est une guitare parfaite pour jouer du blues-rock à la manière d’un Stevie Ray Vaughan. Ces jours-ci je suis justement en train d’enregistrer des chorus et, ma foi, je suis toujours aussi heureux que Bubbie partage ma vie.