Vernissage réussi de l’exposition Playtime. Il y a tellement de monde que les "Super VIP" ont été répartis en deux groupes pour une visite guidée du musée. Le fait que Pro Helvetia soit partie prenante n’est évidemment pas pour rien dans la présence de nombreuses personnalités du monde politico-économique local, cantonal mais également fédéral. J’ai le plaisir de revoir l’ancienne équipe dirigeante : Patrick Gyger, venu spécialement de Nantes, et Jennifer Bochud, notre ancienne administratrice qui dirige désormais une autre institution culturelle suisse. Cette exposition est d’ailleurs le parfait symbole de la transition – réussie – entre l’ancienne équipe, à l’origine du projet et qui en a assuré le démarrage, ce sur près d’un an et demi, et la nouvelle équipe dirigée par Marc Atallah qui, depuis sa nomination à la tête de la MdA il y a quinze mois, n’a pas compté son énergie pour concrétiser ce projet énorme – dans la pratique, tout restait à faire. Des anciens civilistes et stagiaires sont également de la fête : de nombreuses personnes ont travaillé sur cette expo, au cours des trois dernières années. Mes amis de l’EPAC – une École Professionnelle d’Art Contemporain de renommée internationale, à Saxon dans le Valais, où j’ai eu l’occasion de travailler – sont également présents ; pas tous : le Grand Dragon n’a pas pu venir (ou pas voulu… les vernissages ne sont pas trop son truc !) mais j’ai le plaisir de revoir Patrizia. Vers 18 heures, la MdA ouvre ses portes au grand public, c’est cette fois l’occasion de revoir des amis yverdonnais, en particulier des participants à mes ateliers d’écriture. C’est toujours un bonheur. Tout Yverdon semble s’être donné rendez-vous Place Pestalozzi ! Il s’avère bientôt trop difficile de circuler dans le musée. Même l’Espace Jules Verne, pourtant plus austère que les salles de l’ancien bâtiment transformé en temple du jeu, est vite bondé. Ce qui sonne l’heure de la retraite pour le cousin, après un dernier passage dans les caves du château où se donne un grand apéritif dinatoire, histoire d’y prendre un dernier bol de soupe au potiron ! Une belle soirée qui vient couronner un sacré boulot également pour toute l’équipe technique de la maison d’Ailleurs : graphistes, scénographe, assistants de production, guides, stagiaires, civilistes, toutes les petites mains en somme. Bravo à tous ! Je suis très fier de faire partie d’une telle dream team.