Órbita 9, Hatem Khraiche (2017). 94 minutes, couleurs.

Comme pour le cas des Neuf Vies de Thomas Katz, l’objet du présent film est quelque peu contraint par d’une part la lettre O, d’autre part le nombre 9 sous le signe duquel se place l’actuelle itération de cet affligeant Abécédaire. Un film dont le titre commence par O et avec un 9 dans le titre ete qui relève de la SF, voyons voir ce que cela donne ! On n’est pas à l’abri d’une bonne surprise… Ou pas : il s’agit là d’une production espagnole ayant atterri Netflix — dont quelques récentes sorties avaient pu décevoir (The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour, pour n’en citer qu’un). Si le site de VOD est globalement réputé pour ses séries, les films qu’il produit sont souvent d’une qualité moyenne. Mais ne préjugeons pas… et soyons curieux : Órbita 9 nous vient donc tout droit d’Espagne, pays vers lequel l’Abécédaire ne s’est guère tourné (il a été question sur ce blog de films anglais, français, allemands, suédois, norvégiens, tchèques, hongrois et lituaniens : il reste encore un peu de chemin à parcourir avant de faire bloguesquement le tour de l’Europe) et qui n’est pas le plus réputé pour son cinéma de science-fiction – même au cours des vingt dernières années, on a pu voir des trucs plutôt regardables comme Action mutante, Psiconautas ou Ouvre les yeux.

vol9-o-poster.jpg

Nous voici à bord d’un vaisseau spatial. À son bord, une unique occupante : Helena, une jeune femme. Très vite, on comprend que l’astronef file droit en direction de Celeste, une planète extrasolaire – pas exactement la porte à côté, vu que le voyage durera au total quarante ans. La moitié du temps s’est déjà écoulée ; quant à Helena, elle est peu avant le départ. Las, suite à une défaillance de l’alimentation en oxygène trois ans plus tôt, ses parents se sont sacrifiés et la jeune femme mène une existence routinière – exercice, entretien des plantes vertes – avec Rebecca, l’IA de bord. Mais au bout de 7409 jours de voyage, Helena va enfin rencontrer son premier autre humain : l’ingénieur chargé de réparer l’unité d’oxygène. Celui-ci, Alex, est un individu plutôt mutique. Mais, un peu comme ces bébés oies qui ont la réputation (fondée ?) de prendre la première chose qu’ils voient pour leur maman, Helena s’amourache du gars et s’offre à lui peu avant son départ.

À ce moment-là, l’amateur de SF un peu attentif n’aura pas manqué de s’interroger sur quelques aspects. Le vaisseau semble arrangé suivant une disposition plane, il ne paraît pas tourner sur lui-même, mais Helena n’est pas en impesanteur : qu’est-ce qui assure la gravité ? Des salades sont disposées sur le pourtour interne d’un tube cylindrique : gratuit et inutile, sauf en cas d’impesanteur. Et au fait, pourquoi ne voit-on aucun plan extérieur du vaisseau ? Les astronefs vus depuis l’espace, glissant sur un fond étoilé, ça a toujours la classe. N'y aurait-il pas quelque entourloupe ?

Le premier twist du film arrive au bout de vingt minutes, et va nous faire basculer dans une zone spoiler.

C’est parti, vous l’aurez voulu.

Ledit twist arrive un peu vite pour réellement surprendre. Et pour qui a vu une série comme Ascension — assez médiocre au demeurant, en dépit d’un pitch sympa – ou est familier d’un roman comme Le Temps désarticulé de Philip K. Dick, celui d’ Órbita 9 ne surprend guère : le vaisseau dans lequel vit Helena n’est pas dans l’espace mais sur Terre, au fin fond d’une forêt en Espagne, et sert juste de test pour une éventuelle seconde phase du programme Órbita, à savoir les lancements réels d’astronefs à destination d’une exoterre, au nom nettement moins romanesque de GJ909. Parce que, sur Terre, ça craint un peu : radioactivité çà et là, raréfaction de l’eau potable, pollution et autres joyeusetés. Bien entendu, les participants du programme Órbita – il y a dix sites – ignorent tout du caractère factice de leur voyage.

La perspective change et l’on suit donc le personnage d’Alex, qui n’est pas plus réparateur d’unité de production d’oxygène que vous et moi : sa visite à Helena consistait surtout à vérifier le bon fonctionnement de l’IA. Une visite qui a éveillé l’intérêt du bonhomme pour Helena et son triste sort. Lors des séances de psy semi-virtuelles, il confie ses doutes. Et finit par décider d’enlever la jeune femme… Mais comment acclimater une fille ayant vécu toute sa vie dans un environnement clos au monde extérieur ?

Bon… Romance de science-fiction, Órbita 9 peine à pleinement convaincre. Il s’agit là du premier long-métrage de son réalisateur, l’Espagnol Hatem Khraiche, déjà auteur d’une demi-douzaine de courts sortis entre 2002 et 2012. Et Khraiche réinvente ici l’eau tiède, pour un résultat tout à fait correct si l’on a des attentes assez basses. Visuellement, Órbita 9 se montre terne : l’esthétique du vaisseau d’Helena est correcte mais donne l’impression d’avoir été vue mille fois ; pareil pour la ville la nuit, avec son côté Blade Runner du pauvre. La seule originalité provient des séances de psychanalyse/confidence : psy et patient se voient par l’intermédiaire de modèles 3D ayant l’apparence de loup (mais pourquoi un loup ?). Mouais.

Le film souffre de plusieurs problèmes. Le premier twist, je l’ai dit plus haut, arrive vite et ne provoque donc pas d’effet de sidération. Surtout, il est suivi d’un deuxième twist vers la soixantième minute, qui ne convainc pas plus… parce qu’il ne sert à rien. Spoilons gaiment : Helena est un clone. Sauf qu’elle est unique. Et de toute façon, cette thématique ne présente pas vraiment d’enjeu pour le personnage d’Helena par la suite. Tout comme le fait qu’Alex soit à la base créateur d’androïdes pilotes d’avion : aucun androïde n’apparait dans le film. Quant à l’environnement mal en point, c’est évoqué de loin en loin. En fait, ce long-métrage se contente de balancer quelques grandes thématiques de la science-fiction de manière absolument gratuite. Ballot. Reste la romance, pour qui goûte le genre.

Et l’intrigue justement ? Comme le déclare l’un des personnages, « Le scientifique qui tombe amoureux du rat de labo, c’est ridicule au plus point. » Voilà. Une intrigue qui prend soin d’utiliser plusieurs clichés éculés : la love story entre l’expérimentateur et le sujet de son expérience, le gros ponte méchant comme tout et qui fait impunément sa loi, une course-poursuite avec plein de vêtements dans le passage (mais pas de charrette de fruits renversée, dommage), une IA à la voix suave mais un peu désincarnée, le gentil qui met sa capuche pour passer inaperçu… Dommage.

La bande-annonce, qui spoile pas mal :

Bref. Órbita 9 s’avère une déception. Ça arrive. Et quand c’est ça se retrouve sur Netflix, ça n’a pas grand-chose de surprenant.

Introuvable : c’est sur Netflix
Irregardable : non
Inoubliable : non