Bien le bonjour,

Ce billet pour annoncer la parution d’un troisième CD sur le micro-label Terre Profonde, dans la même démarche de « gratuité responsable » que les deux précédents.

Après Kogarashi de The Yama Otoko Project et Rêves d’Hippocampes du MountainMan, Autumnal Meanderings on the Lake Geneva Shoreline (Flâneries d’Automne sur les rives du lac de Genève) est un nouvel opus de The Yama Otoko Project.

jhb-20170908-disque.jpg
 

A l’occasion d’un long séjour en Suisse romande, notre ami s’est promené chaque jour sur les berges du lac Léman, entre Montreux et Genève, avec dans sa besace un enregistreur numérique et un cahier de musique. Certaines matinées furent inspirantes : un peu, beaucoup… d’autres pas du tout. A l’arrivée de l’hiver, ce brave Yama Otoko s’est retrouvé avec une vingtaine de petites mélodies ou de simples ambiances qu’il restait à finaliser en studio, avec les instruments habituels : claviers et guitares. Les Flâneries sont donc au nombre de vingt, elles portent pour titres les dates où elles ont émergé des rivages embrumés et magiques du lac…

Pour être tout à fait honnête, ce descriptif d’un projet très « conceptuel  » relève de la fiction ! Cela aurait pu se passer comme ça – et nous aurions trouvé cela fort joli. Mais plus prosaïquement, les vingt flâneries dérivent en réalité d’une partie des motifs utilisés dans l’accompagnement (musique et bande son) d’une lecture partiellement théâtralisée de « Maître Zacharius » , la nouvelle de Jules Verne. Retour à l’été 2015 : de juin à septembre de cette année-là, je suis quasiment enfermé dans mon studio pour composer et enregistrer un long poème symphonique, qui fut édité en octobre 2015 sous la forme d’un double CD, sur le micro-label MindTheGap Records et proposé en ligne sur le site Bélial.fr. Deux ans plus tard, j’ai eu envie d’en réaliser une version purement instrumentale, déconnectée du texte et ramenée à une durée normale pour un CD de musique. Je n’ai pas fait qu’enlever la voix ! Ce projet a demandé un énorme travail de tri parmi les près de huit cents fichiers enregistrés conservés en archives. Des parties ont été réenregistrées, des pistes nouvelles ont été ajoutées. Il a fallu enfin tout remixer et ce ne fut pas toujours très simple ! Mais je ne suis pas mécontent du résultat final qui vaut, j’ose le croire, le temps et l’énergie qui lui ont été consacré.

Anita, ma compagne – qui est également musicienne et joue de la vielle à roue sur deux des Flâneries – m’a fait remarquer que, dans l’ensemble, les morceaux étaient plutôt courts, voire trop courts : je commence à mettre en place des ambiances et, le temps que l’auditeur s’y installe, le morceau s’achève et ce parfois non sans frustration. C’est sans doute vrai. Dans la version originale, ces ambiances duraient car elles portaient la voix – qui tenait le premier rôle. J’ai trouvé que ces ambiances dans leur forme longue, risquaient de tourner en rond et de finir par lasser l’auditeur. Je n’ai pas voulu remplacer la voix par des mélodies originales, car cela aurait relégué mes ambiances au rôle de simple décor, de toile de fond. Je voulais les donner à entendre pour elles-mêmes. Et je voulais que tout cela tienne sur un seul CD au lieu de deux. J’ai donc fait le choix de réaliser des versions courtes avec des mixages shuntés. J’espère que cela sera perçu comme un bon choix.

Comme les précédentes productions du label Terre Profonde, ce CD est disponible sur simple demande. Libre à vous, après l’avoir écouté – et peut-être apprécié – de faire un geste pour soutenir ce travail et me permettre, tout simplement, de produire d’autres CDs.

Concernant la suite de nos petites excentricités, MountainMan travaille sur un nouveau CD qui contiendra une dizaine de chansons, pour moitié des titres écrits et composés dans les dix/quinze dernières années et restés dans mes classeurs, pour moitié des chansons très récentes. Trois morceaux à ce jour sont en boîte : « Martin », une ritournelle médiévalisante avec monocorde et tambourin, « Politicien », une sorte de protest song à la française, enregistrée « live » avec guitare acoustique et harmonica, et «  Quand je me suis levé ce matin », un blues rapide des plus classiques, avec uniquement des guitares (électrique, acoustique, slide et basse). Le MountainMan continue de payer son tribut à toutes les musiques qu’il aime et a aimées !

The Yama Otoko Project travaille quant à lui sur un CD de musique « bruitiste », réalisé à partir de sons captés dans la nature, avec des micros contact et des hydrophones (des micros qui enregistrent sous l’eau), ou produits avec des dispositifs maison comme des « arbres à son ». Quelque chose d’assez expérimental qui ne conviendra pas à toutes les oreilles !

Enfin, BodhGaïa a une grosse envie de composer une sorte de symphonie spatiale – un très long morceau relevant de ce que l’on appelait, quand nous étions jeunes, de la « musique planante » (entre Tangerine Dream et Terry Riley, en somme…). Aujourd’hui, on dira plutôt « musique méditative » pour faire davantage tendance ! ;o))

Ces petites occupations, ainsi que le travail au jardin et la poursuite de l’aménagement de mon studio-bureau-bibliothèque, remplissent allègrement mes journées. Et c’est fort bien ainsi.

A part cela, nos coordonnées n’ont pas changé :

Francis Valéry, 3, lieu-dit Le Canton, 33620 CUBNEZAIS

Adresses e-mail :

terreprofonde33@gmail.com (pour le courrier uniquement)

terre.profonde@gmail.com (pour les virements Paypal)

Et il n’y a toujours pas de téléphone…

jhb-20170908-projet.jpg