Virée à Jardiland où j’achète deux érables japonais à tout petit prix (Il est clair qu’ils ont besoin de la place pour installer autre chose, j’en profite !). Dans la foulée, j’achète aussi un magnifique croton multicolore que j’offrirai à ma mère, à mon retour demain matin (c’est la Fête des Mères, on peut être un homme des bois et respecter les traditions familiales). Dans un des aquariums qui accueillent les koïs, je remarque de suite une très belle Yamabuki Ogon – la plupart des koïs vendues en France proviennent des grands élevages de Belgique, mais certains magasins font venir du Japon des poissons sélectionnés. C’est le cas de cette koï entièrement de couleur or, à la robe uniforme, brillante, sans défaut. C’est tout de même assez étonnant de la voir au milieu de ses congénères colorées de manière plus ou moins aléatoire – qui plus est vendue pour seulement quelques euros ! Une erreur ? Je la regarde un long moment. Anita l’achète pour le petit bassin – pendant que je vais déposer mes érables dans la voiture, afin de m’en faire la surprise. Chic planète. Au retour, je tiens entre mes jambes le sac dans lequel elle nage gentiment.