Vendredi 25 janvier 2013

Aujourd’hui virée en Dordogne chez un de nos amis, luthier, l’excellent Philippe Mousnier – et chez Dame Mado. Je dois récupérer ma vielle à roue acoustique sur laquelle Philippe est intervenu : il a déplacé le clavier de plusieurs centimètres pour modifier le diapason des chanterelles, afin d’améliorer la justesse de l’intonation, reconstruit du coup une partie de la tête, puis changé l’ensemble des sautereaux ainsi que les cordes. Un gros travail, très minutieux. Philippe est un être humain vraiment touchant, un excellent pianiste et un parolier de premier plan, ainsi qu’un des meilleurs facteurs de vielle à roue de ces trente dernières années. Nombre des plus grands viellistes contemporains jouent sur ses instruments, ce n’est pas tout à fait pour rien. Il doit modifier dans la journée celle dont se sert Anita, et qui a un problème sur l’axe de la roue. Ces anciens instruments sont capricieux et assez fragiles. Il faut un moment pour les apprivoiser – mais après, que de sensations ! Cela me donne une idée : et si je présentais sur ce blog mes instruments de prédilection, ceux qui ont une histoire, un passé glorieux ?

Samedi 26 janvier 2013

Première visite de l’année dans une jardinerie. Acheté un Cotoneaster franchetii et un Escallonia macrantha « Rubra ». Du classique – pour ne pas dire du ringard. Mais ce sont des plantes peu fragiles, qui poussent vite et font leur petit effet malgré tout : juste ce qu’il faut pour des haies vives. Et puis les prix sont vraiment très bas – les plantes ont l’air en bon état et n’ont pas commencé à faire des chignons dans leurs pots.