Nous voilà en mars. Merde, alors ! Alors que je devrais passer à la vitesse supérieure au jardin – et me remettre à mes essais sur la SF française pour l’ami Comballot – je dois partir en fin de semaine pour Yverdon, pour la phase finale du montage de l’exposition Playtime, à la Maison d’Ailleurs. J’ai réalisé une mini-expo dans l’expo, consacrée au jeu d’échecs à taille humaine dans la SF (littérature, BD, peinture, série TV), pas mal travaillé sur les recherches de visuel concernant l’Archéologie du Jeu et signé un essai dans le catalogue collectif. Le vernissage aura lieu le samedi 10 mars. Dans la foulée, je vais ensuite animer une série d’ateliers d’écriture dans des collèges du département du Rhône, dans le cadre du projet NovaTerra consacré à l’exploration d’une exo-planète, suivi de l’installation d’une colonie humaine. Depuis trois années, j’anime ainsi un jeu de rôle littéraire, dans la peau du Capitaine d’un voilier solaire, tandis que les collégiens sont autant d’explorateurs. Autant je me réjouis de revoir toute l’équipe de la Maison d’Ailleurs et les "colons" de la planète NovaTerra, autant je me désole de devoir quitter mon fin fond de nulle part. Surtout en ce moment. Mais en fait, c’est à chaque fois la même chose : je déteste partir… mais je sais que je serai ravi de me retrouver ailleurs ! Il faut tout de même se taper plus de douze heures de train – départ de Bordeaux en milieu de matinée et arrivée à Yverdon à vingt-trois heures, pour attaquer "en pleine forme" dès le lendemain matin. En fin de journée, j’envoie à Erwann du Bélial' le fichier complet de ce blog qui – à partir de la semaine prochaine – devrait, en plus de la page facebook de Bodh Gaïa, être désormais en ligne également sur le site des Éditions du Bélial' et de la revue Bifrost. Coucou à mes nouveaux lecteurs !